25 Mars 2017   Argentine


Colonia et passage de frontière  Argentine


Nous avons repris avec bonheur les rênes de notre voyage.

Nous sommes tombés sous le charme de COLONIA
DEL SACRAMENTO (Uruguay) et de son quartier historique dont certaines ruelles
ont conservé leurs pavés d'origine en pierre de schiste, inutile de préciser
que les chaussures à talons ne sont pas recommandées... sinon c'est un vrai
bonheur de flâner au bord du Rio de la Plata, de profiter des terrasses, de
découvrir des voitures d'un autre âge, certaines qui servent de décorations
mais d'autres qui circulent encore. Malheureusement un incident technique nous
prive de photos.

Notre camion nous fait un petit caprice, fuite
de gasoil au niveau du filtre supplémentaire, installé peu de temps avant de
partir... on s'installe au bord de la plage à CARMELO, Claude fait une réparation
de fortune en fabriquant un joint supplémentaire, ça fuit toujours un peu mais
c'est mieux ou c'est moins pire...





Passage de la frontière URUGUAY-ARGENTINE sans
aucun problème, on nous avait prévenu qu'aucun produit animal ou végétal
n'était accepté, il nous restait quelques pommes de terre et quelques pommes
qu'on était prêt à sacrifier mais c'était sûrement notre jour de chance, nous
n'avons eu aucun contrôle, passage des frontières en un quart d'heure.

Les argentins aiment pique-niquer en famille
au bord des cours d'eau, nous nous mêlons à eux pour faire nos barbecues du
soir, c'est très agréable, très convivial.

Nous avançons assez vite, la traversée en
largeur de la Pampa entre champs immenses, troupeaux c'est un peu monotone...pour
rompre la monotonie c'est bien fait...il y a la police qui lors d'un contrôle
nous signale que nous roulons veilleuses allumées alors qu'il faut mettre les
codes, oui évidemment mais les codes refusent de s'allumer malgré plusieurs
interventions énervées de Claude, c'était au programme du soir d'essayer de
trouver l'origine du problème mais expliquer cela aux forces de
l'ordre ... leur solution c'est un PV à 3 600 pesos (+ou-210 euros) ramené
pour nous faire plaisir !!! à 2 000, on leur dit que l'on a seulement
1 200 en liquide mais qu'on veut bien payer avec la carte VISA, évidemment
ils acceptent le paiement en liquide, ça fait 600 pour chacun, nous ne sommes
pas dupes.

Arrêt dans la ville suivante chez un
électricien auto, il est de bonne volonté mais il n'arrive pas à solutionner le
problème, au bout de 2 heures il s'avoue vaincu, gentiment il refuse tout
paiement. Le lendemain matin Claude trouve une solution pour faire fonctionner
les codes. Plus loin à San Luis, nous apercevons un garage IVECO, vite
demi-tour, nous allons leur parler de nos problèmes, ils s'affaireront une
bonne partie de la journée sur le camion, pour la fuite leur verdict est
pièce défectueuse bien que neuve, ils remplaceront la tête du filtre, pour les
codes ils ne trouvent pas de solution donc ils remettent en place le système
que Claude avait déjà adopté,pas vraiment conforme mais ça fonctionne, c'est le
principal. Vu l'heure tardive nous passerons la nuit sur le parking d'une
station-service, c'est en effet une bonne alternative c'est gratuit, les
toilettes sont propres et il y a du Wifi.

Maintenant notre fier destrier peut nous
emmener à MENDOZA, balade dans cette ville très animée et comme c'est
l'anniversaire de Claude on s'offre un très bon repas, c'est bon pour le moral.
Mendoza étant la principale région productrice de vin en Argentine, une visite
des vignobles et une dégustation dans une entreprise familiale, voilà un
après-midi bien  sympathique.

Sur la route vers l'ACONCAGUA, bivouac près
d'un petit lac, balade en compagnie des chiens errants qui habitent le lieu,
barbecue, rencontre avec Ataqualpa, un argentin un peu désabusé qui vit dans sa
voiture et qui nous apprend les secrets de la préparation du maté.











 De USPALLATA, on retiendra la gentillesse de la dame du camping municipal, la
belle soirée passée avec Mike un anglais qui voyage seul dans son sprinter,
visite à la colline aux 7 couleurs et à l'émouvant cimetière des morts sur les
pentes de L'Aconcagua. Justement allons le voir ce massif, « sentinelle de
pierre » des incas, qui nous guide du haut de ces 6 962 m et de ses
neiges éternelles, un arrêt à la Puente del Inca, pour s'étonner devant une
arche naturelle recouverte de calcaire jaunâtre.












voici le lien sur le même sujet

https://goo.gl/photos/qp6BWiCxgvcARfY3A






Le Parque National El Leoncito nous offre unebelle soirée à L'observatoire astronomique

avec le Professeur Hector Lépez, leciel était nuageux à 21heures mais s'est dégagé ensuite

 nous avons pu admiré lalune et ses cratères, jupiter, orion et sa nébuleuse, la voie lactée,

 nous sommes partis nous coucher la tête dans les étoiles...








voici d'autres photos du même sujet

https://goo.gl/photos/AZ6fGp6G9DVmEjqMA



La route 149 nous emmène à travers les
montagnes sculptées par les vents et les pluies, la rivière elle aussi
sculpteuse de l'environnement nous offre un moment de poésie avec un groupe de
chevaux la traversant. Continuons sur la 149 jusqu'à l'ambalse CUESTA DEL
VIENTO à RODEO qui parait-il est un site mondialement
réputé pour le kitesurf et la planche à voile, on peut attester qu'il y a du
vent, beaucoup de vent ...






voici d'autres photos du même sujet


https://goo.gl/photos/jNMNaHngGaJQxMRV9







Nous sommes au Parc Ischigualasto quisignifie  « terre sans vie » enqueshua, les visites se font en convoi, chacun étant dans son propre véhicule,le guide prenant place dans le premier véhicule, pour bénéficier d'une bonnelumière nous partons avec 3 autres véhicules à 16h pour 3 heures de balade,dommage nous n'avons pas compris toutes les explications, uniquement enespagnol,mais nous avons profité de la beauté minérale de l'endroit, descouleurs extraordinaires, des formes étonnantes, au final une énorme barrièrede roches rouges, magnifique, évidemment nous avons profité au maximum du siteet nous sommes rentrés les derniers. Nous avions prévu de nous arrêter au ParcTALAMPAYA mais les prix exorbitants pratiqués nous ont fait fuir, nous avonscertainement rater de belles choses mais il faut arrêter de prendre lestouristes pour des vaches à lait...







voici d'autres photos du même sujet

https://goo.gl/photos/s2HPqygwMtdtNE8F8





Chilecito, une petite ville agréable, dominée par un christ géant, on fait des provisions,

 on passe ¾ d'heure à la banque pour changer de l'argent, tout cela n'est pas très rigolo mais doit être fait.






Route 40, direction CAFAYATE, route tranquille entre montagnes parfois colorées, parfois

recouvertes de végétation, des animaux en liberté : des vaches, des chevaux, des chèvres,

des moutons,des ânes, on aurait aimé voir une faune plus andine ...Arrêt au ruines de QUILMES,

construite à flanc de colline, ce fut un haut lieu de la  résistance indienne contre l'invasion espagnole,

ils ont résisté pendant 130 ans puis furent déportés à Buenos Airespour travailler à la construction

 de la ville. De nos jours le site s'est adapté au tourisme, les fondations ont été légèrement rehaussées

 pour les rendre plus visibles, nous avons apprécié cette visite en deux étapes, une première

 au coucher du soleil et une autre au lever de l'astre.







voici le lien pour les autres photos du même théme


https://goo.gl/photos/rjzaoMPBmcwHZnFJ6




Cafayate, voilà une ville qui nous plait et  que nous avons longuement arpentée avant de prendre

 la route de la Québrada de Las Conchas, chaque virage nous réserve un nouveau paysage

avec des couleurs différentes, des montagnes tourmentées,ciselées, découpées,

un petit aller-retour magnifique.





  



voici le lien pour les autres photos du même théme


https://goo.gl/photos/YgDQK8Sb1Rmj7XbC6






Le lendemain ce sont les vallées Calchaquies qui nous émerveillent, la route 40 devient

la piste 40 avec beaucoup de tôle ondulée donc poussière assurée mais nous traversons d'impressionnantes québradas (gorges), parfois bordées de petites maisons à colonnades

où sèchent des poivrons rouges, des barrières rocheuses colorées qui ont été bousculées

par les mouvements de la terre, arrêt à Molinos pour un petit repas sympa dans la très jolie hacienda.

La piste est meilleure, le spectacle est permanent et voilà Cachi, petite ville charmante,

très animée en ce Vendredi Saint, on se mêle à la foule, on suit les conseils des habitants qui nous
indiquent les meilleures boutiques où acheter les spécialités, on flâne
jusqu'en milieu d'après-midi avant de se lancer vers le col de Piedra del Molino
à 3 457 m, traversée d'une grande plaine envahie de cactus géants,
surprise une fois le col passé, le paysage est englouti par les nuages, très
longue descente en épingles à cheveux dans les nuages et la poussière...nous
étions à 17° en haut, nous arrivons en bas à 8°.

Arrêt ravitaillement à Salta cette ville ne
nous a pas spécialement emballée, mais nous avons apprécié le bon moment passé
à la terrasse du café Van Gogh, nous avons aimé les activités de dessin, de
peinture, organisées pour les enfants dans les parcs.








voici le lien pour les autres photos du même théme

https://goo.gl/photos/sxgLhNuukbu4G1WE7





 Route51, parcours splendide entre vallées et gorges, c'est la route des nuages car elle suit

le trajet du « tren a las nubes », le train le plus célèbre d'Argentine qui part de Salta pour

arriver à San Antonio de los Cobres à 3 760 m. Pour nous, nuit un peu perturbée

par un léger mal de montagne.






voici le lien pour les autres photos du même théme

https://goo.gl/photos/9E6iU1zK2rGFD8Ey8





17 avril 2017

Nous sommes toujours à San Antonio de los
Cobres, ¾ d'heure à la banque pour faire du change, un petit tour à la Goméria
(chez le marchand de pneus) pour faire une rotation des pneus et en même temps
changer les plaquettes, qui sont en réserve dans la soute.






18 et 19 avril 2017

En route pour TOLAR GRANDE, en passant par le
salar de POSTRAS GRANDE et le salar de POCITOS, d'abord la route 129 puis la
route 27 qui nous mène à 4705 m, beaucoup de tôle ondulée, piste parfois très
sinueuse, très cassante, des montées de poussière soulevées par le vent mais
paysages superbes, des rochers tout en couleurs, des montagnes qui paraissent
lisses et d'autres complétement érodées, il faudrait inventer de nouveaux mots
pour raconter la beauté de la nature.






TOLAR GRANDE, un bout du monde, notre seul
impératif, trouver un endroit à l'abri du vent qui semble s'être déchainé
sûrement pour nous montrer de quoi il est capable, on se cale le long

du hall des sports, c'est très bien.




Le lendemain en ouvrant le volet Claude me
dit : Il a neigé !!!! je ne le crois pas mais je vais voir quand
même, effectivement la montagne devant nous est toute blanche,

tout est blanc, les rues et les maisons du village, il faut gratter le pare-brise

qui est tout gelé. Nous allons faire quelques photos et nous renseigner près des

camionneurs sur la possibilité ou non de prendre la piste dans ces conditions

hivernales, pour eux avec le 4X4 pas de problème. Allez on y va, la montagne

que nous avions vue hier toute blanche nous montre une autre facette de sa beauté,

tout aussi magnifique. C'est la piste 51 qui nous ramènera au viaduc de Polvorilla
pour un retour à San Antonio de los Cobres, sous le soleil de la journée, la
neige a fondu et transformé la piste en un vrai bourbier qui a  offert

un habit de boue et surtout de sel à notre camion, il faut absolument trouver

quelqu'un pour le laver.




voici le lien pour les autres photos du même théme

https://goo.gl/photos/TPPKLfCj93BCo1sX7




20 avril 2017

Aujourd'hui piste vers SALINAS GRANDE, on voit
de loin cette grande étendue qui nous éblouit, on est allé marcher sur cette
croûte de sel, s'étonner devant les formes géométriques à 5 côtés qui
apparaissent. Ce lac de sel de 525 km carrés et d'une épaisseur d'environ 50
centimètres est exploité, des camions tournent sans cesse chargés de sel.

Nous avons dormi là, les roues dans le sel.






voici le lien pour les autres photos du même théme

https://goo.gl/photos/1JjDEzoZZKDsAidd6




21 avril 2017

Route 52 qui monte jusqu'à 4189 m le ciel est
dégagé et nous laisse admirer toute la beauté et les couleurs des montagnes,

la descente est moins colorée mais toute aussi impressionnante : c'est la
quebrada de  HUMAHUACA.






Arrêt au village
de PUMAMARCA, nous sommes très étonnés par cette petite ville très, très
touristique, nous y faisons une jolie balade de 3 km autour de de la montagne
aux 7 couleurs et poursuivons vers TILCARA, dans le Guide du Routard ils
appellent cette région : «  La palette du Peintre » tellement les montagnes

sont colorées.





voici le lien pour les autres photos du même théme

https://goo.gl/photos/jASaPebKVGesmiTz7





A TILCARA nous avons visité la PUCARA DE TILCARA, une forteresse de l'époque

précolombienne et le musée archéologique, très intéressant.





voici le lien pour les autres photos du même théme

https://goo.gl/photos/MWmz8FZyvZsedZzB6




22 avril 2017

A UQUIA, visite d'une petite église du 17°
siècle avec à l'intérieur des tableaux représentant des anges porteurs d'armes,
surprenant !!!! puis c'est HUMAHUACA petite ville charmante, très animée
où nous avons assisté le soir à une procession accompagnée d'innombrables
groupes musicaux, une ambiance bruyante mais formidable, tout le village était
dans la rue dans un brouhaha indescriptible mais à 10 heures précises tout le
bruit a cessé.






Dimanche 23 avril 2017, lundi 24

Aujourd'hui  nous prenons la piste 73 et c'est le mirador
DEL HORNOCAR à 4350 m que nous atteignons , magnifique panorama sur la

colline aux 14 couleurs.




voici le lien pour les autres photos du même théme

https://goo.gl/photos/1KDYMVv7ovGzyaCc8






Mardi 25 avril 2017

 Piste 7
vers la LAGUNA de LOS POZUELOS, nous croisons 
des moutons, des lamas, des vigognes 
et même 3 Suris (mini autruches) mais arrivés à la Lagune nous sommes un
peu déçus car les flamants roses que nous sommes venus voir ne sont pas là, on
nous explique qu'ils sont partis la semaine dernière pour le Chili voisin.







Mercredi 26 avril 2017

Ce matin au réveil près du village de
CORANZULI (3995 m),  à 7h30, il fait -8°,
la rivière est en partie gelée, les vitres du camion aussi... mais le soleil
arrive pour réchauffer tout ça, Nous poursuivons par la piste 40 qui vaut
vraiment la peine, des paysages superbes qui nous amènent jusqu'à SUSQUES.






voici le lien pour les autres photos du même théme

https://goo.gl/photos/CzqXCtKqu8m2SPLh9