Perou



Du 2 au 10 avril

Passage de la frontière péruvienne sans
problème en 45 minutes, nous poursuivons notre route jusqu'à AREQUIPA où le
camion sagement garé dans la cour d'un hôtel, nous pouvons partir à la découverte
de cette ville qui ressemble à certaines villes du sud de l'Espagne avec de
belles maisons en pierres, des balcons en bois, des terrasses à l'étage où il
fait bon se reposer en observant la vie locale.













Montée sur l'altiplano, encore une voie
d'accès à la Bolivie pour les camions, à certains endroits  ce sont d'énormes ornières qui dirigent le
véhicule....à une vitesse maximum autorisée de 20 Km/h... , nous grimpons jusqu'à
4 877 m pour effectuer ensuite une descente vertigineuse vers la petite
ville de Chivay à 3639 m, de jolies statues colorées rendent l'endroit sympa à
cela s'ajoute le fait que beaucoup de femmes portent encore la tenue
traditionnelle.










Le lendemain nous montons à 3 800 m vers
CRUZ DEL CONDOR, évidemment c'est un lieu touristique où des terrasses sont
aménagées pour l'observation, mais là vraiment on voit des condors en vol de
très prêt et c'est un spectacle magique. Cette vallée profonde du rio COLCA et
le temps généralement ensoleillé génèrent des courants ascendants que les
condors utilisent pour planer, en plus,les cultures en terrasses offrent un
spectacle magnifique de formes et de couleurs, nous n'avons pas regretté cette
journée.






















Maintenant en route pour PUNO  à travers des paysages magnifiques tout de
verdure qui m'évoquent un peu l'écosse, c'est très beau,



















il nous fallait bien
ce moment de beauté pure pour nous permettre d'affronter ensuite la dureté des
villes de JULIACA et de PUNO avec les bouchons inextricables, les marchés
installés en pleine rue, les tuktuk  qui
se faufilent,les motos, les cyclo  taxis,
les routes barrées pour travaux et j'en passe !!!!
















Nous trouvons un parking fermé où nous
pourrons dormir et laisser le camion pour une petite escapade sur le lac
TITICACA, nous prenons un des premiers bateaux qui part le matin et qui nous
conduit vers Islas UROS les plus connues des iles flottantes qui sont
fabriquées avec des roseaux appelés TOTORA qui poussent en abondance dans le
lac, la vie de UROS est indissociable de ces plantes qui servent d'abord à
construire l'ile qui se compose de nombreuses couches de Totora assemblées
entre elles et qui sont complétées en surface à mesure que les couches
inférieures pourrissent, le sol reste toujours souple et élastique, sensation
d'ailleurs pas désagréable...4 ou 5 familles vivent sur chaque ile et attendent
les touristes auxquels elles proposent, après une courte explication sur leur
mode de vie, des objets de leur fabrication qui sont leur principale source de
revenus avec la pêche, ils nous emmènent ensuite sur un bateau traditionnel à
« la capitale » qui est une ile uniquement consacrée à la vente
d'artisanat et à la restauration. Très commercial, maisc'est peut-être une
manière de permettre à ce mode de vie de subsister et d'être connu...


















Prochaine étape, RAQCHI pour y découvrir les
vestiges du Temple de VIRACOCHA qui jadis supportait le plus grand toit inca
parvenu à notre connaissance, la plupart des 22 colonnes de pierre circulaires
qui le soutenaient furent détruites par les Espagnols et seules subsistent les
fondations.



























Nous faisons une entrée triomphale à CUZCO,
notre camping est sur la hauteur et je pense que notre  GPS a choisi pour nous guider non pas la
route la plus facile mais la route la plus courte donc nous nous sommes
retrouvés en ville dans des rues en montée avec des virages à angle droit, bref
plutôt stressant, arrivés au camping,  nous avons laissé le camion se reposait et nous
avons pris un taxi pour aller visiter la ville et acheter nos billets pour le
MACHU PICCHU, ( le billet de train et le billet d'entrée sur le site).




















Le lendemain matin, c'est à pied que nous nous
rendons sur le site de SACSAYHUAMA, immense ensemble de ruines, des remparts
faits d'énormes blocs que les tailleurs de pierres de l'époque savaient ajuster
très précisément, malheureusement il ne reste plus que 20% des constructions
d'origine, puisqu'après la conquête les espagnols abattirent de nombreux murs pour
construire leurs propres maisons.

















.

Nous passons la nuit dans le Lodge TUNAPA qui se trouve à quelques minutes de la gare où nous devons prendre le train pour MACHU PICCHU, départ à 9h15 et arrivée à 10h50 maintenant nous devons acheter le ticket de bus qui va nous conduire en une demie heure de grimpette sur le site. La première vue qu'on en a est magique. Cette majestueuse citadelle inca du XVe siècle se dresse à 2 430 m d'altitude sur une crête rocheuse surplombant le Rio Urubumba. Sa construction est une véritable prouesse, les fameux murs incas sont constitués de blocs de pierre polie assemblés sans mortier. Il fallut des milliers d'ouvriers et cinquante ans pour édifier la citadelle. Pour rendre le site habitable, on a dû le niveler, acheminer l'eau depuis les cours d'eau d'altitude par des canaux en pierre et construire des murs d'étayage afin de pouvoir cultiver du maïs, des pommes de terre et de la coca : les fameuses cultures en terrasses. Le système d'irrigation aidait à lutter contre les fortes précipitations en les canalisant pour arroser les cultures.























Le lendemain matin visite du site
archéologique de OLLANTAYTAMBO où se trouve notre lodge, évidemment rien de
comparable avec MACHU PICCHU mais c'était tout de même un centre stratégique,
militaire, agricole et religieux pour l'administration et le contrôle de la
vallée sacrée des incas.














La vallée sacrée nous permet quelques haltes
intéressantes :

MORAY : un ensemble de 4 plateformes
circulaires qui offrent un spectacle tout à fait étonnant, les incas les
auraient utilisées comme laboratoire afin de déterminer les conditions
optimales pour chaque culture












SALINAS de MARAS : des milliers de puits
salants servent depuis l'époque inca à l'extraction du sel. Un petit cours
d'eau très salée descend d'une source chaude, dévié vers les puits il permet de
récolter après évaporation, du sel pour le bétail et accessoirement nous donne à
voir un paysage extraordinaire.

















Du 15 au 22 avril 2018

Nous avons besoin de quelques jours de repos,
c'est à Nazca que nous nous posons, histoire de se refaire une santé, allongés
au bord de la piscine nous voyons passer au-dessus de nos têtes les avions qui
emmènent les touristes découvrir les mystérieux géoglyphes. Nous nous interrogeons,
irons nous faire un tour en avion?  Finalement
nous nous contenterons de grimper sur les quelques miradors qui bordent la
Panaméricaine pour voir : le lézard, l'arbre et les mains, puis plus loin
près de Palpa : un groupe de huit personnages sur une colline : La
Familia Real de Paracas.










Soudain apparait ICA, comme un mirage, un
village entouré d'immenses dunes, un lac bordé de  palmiers, sommes-nous encore au Pérou ou
bien transporté dans une rêve marocain ?

.






Nous filons vers les Islas Ballestas pour une
excursion de 2 heures, 1er arrêt pour admirer le fameux géoglyphe du
Candélabre, énorme dessin à 3 branches de plus de 150 mètres de haut, sur 50
mètres de large creusé dans le sable meuble d'une grande dune.

Puis le bateau nous entraine pour une ballade
autour des arches, des grottes et des rochers où se côtoient des milliers de
volatiles observés par des otaries à crinière, des fous-variés, des pélicans
thages, des cormorans, des manchots de Humboldt, nous profitons pleinement de
ce moment incroyable.





























Changement de programme puisque nous voilà à Lima, à nous les bouchons, la pollution, nous avions un plan pour garer le camion  mais malheureusement il n'y a que 4 places et elles sont toutes occupées, un parking en centre-ville,  pas très glamour mais c'est là que nous passerons la nuit. Le lendemain nous allons à l'aéroport pour essayer de trouver une place pour garer le camion pendant les 4 jours que nous passerons en Amazonie, pas facile voire même impossible, à moins d'accepter de débourser des sommes folles sans aucune garantie de sécurité, finalement un peu par hasard, nous apercevons une grande cour où il y a des bus, nous demandons à voir le patron, il sera là dans deux heures, pas de problème nous l'attendrons, nous lui expliquons notre envie de savoir le camion en sécurité pendant notre absence, en 2 secondes il est d'accord et nous propose un prix très raisonnable et nous trouve même une place à l'ombre, il y a des gens formidables... il nous suggère de rentrer immédiatement dans la cour et de dormir là les 2 nuits avant notre départ, inespéré... c'est donc l'esprit libre que nous visitons Lima : la magnifique Plaza Mayor, le musée LARCO qui expose une collection d'art préhispanique, notamment des objets en céramique d'une finesse incroyable, nous passons un après-midi rafraichissant à la découverte du « Circuito Magico del Agua » un parc magnifiquement entretenu avec des fontaines, des jets d'eau où les gens vont se mouiller en riant et même un pont d'eau  sous lequel on peut marcher tranquillement, un moment de convivialité simple, très apprécié
































Du 23 avril au 2 mai 2018

ça y est, c'est aujourd'hui que nous partons
pour l'Amazonie, un saut de 2 heures en avion et nous voilà au milieu d'une
jungle de mototaxis, c'est incroyable la quantité de ces petits engins qui
envahissent les rues d'Iquitos, comme tout arrive par bateau, on nous a
expliqué que ces mototaxis sont livrées en pièces détachées et sont assemblées sur
place, ce qui réduit leur coût en fait il y a très peu de voitures et quelques
vieux bus en bois...




















Une heure et quart de bateau et nous
découvrons l'endroit qui va nous accueillir pour quelques jours, ce sont des
pontons nichés dans une végétation luxuriante qui nous emmènent vers nos cases,
ici tout est en bois, le dépaysement est total. Nous nous approprions l'endroit
allongés dans des hamacs en fermant les yeux et en écoutant les bruits qui nous
arrivent, rien que ça c'est magique, quelques battements de tam-tam nous
invitent à passer à table. Une cuisine simple, parfois surprenante, mais jamais
désagréable.

Bottes en caoutchouc et ample poncho en
plastique sont nos accessoires indispensables à chaque sortie car la pluie
soudaine et intense s'invite à n'importe quel moment, sans oublier le repellent
anti-moustiques car ces petites bestioles nous aiment et se précipitent pour nous
souhaiter la bienvenue ...








Au premier petit déjeuner, pour nous mettre
dans l'ambiance,  une tarentule est
installée sur le dossier d'une chaise qu'une dame s'apprêtait à tirer, il y a
eu un petit moment de flottement dans la pièce tandis qu'un employé muni d'un
balai emportait la demoiselle à l'extérieur, inutile de dire que nous avons
toujours inspecté nos chaises avant de nous y asseoir.










Notre guide nous organisait 3 sorties par
jour :

Le matin : visite de villages et
explication du mode de vie, artisanat local, 
les médecines traditionnelles qui guérissent tous les maux, utilisation
de la sarbacane. Sortie en pirogue pour observer les oiseaux dans les canaux.
Sortie dans un village pour voir la faune locale ( paresseux, anacondas,
singes, perroquets)















L'après-midi : sortie pêche aux piranhas mais seulement quelques prises de poissons chats ... 

sortie sur le fleuve Amazone pour observer les dauphins gris et les dauphins roses qui sautent

devant nous ou autre sortie juste pour écouter les bruits de la jungle.













Le soir : sortie à pied, bottes en
caoutchouc fortement appréciées, ça évite de se poser des questions sur
l'endroit où on est en train de poser le pied !!!! on croise de grosses
araignées, des serpents, des petites grenouilles, nos lampes frontales nous
amènent une multitude d'insectes devant les yeux... autre sortie en canoé à la
recherche des caïmans dont on voit très bien les yeux en les éclairant avec une
lampe torche.

Des journées bien remplies qui laissent des
souvenirs.














Nous reprenons la route en direction de
TRUJILLO pour une visite du Temple de la Lune, 
les différentes générations de culture MOCHICA ont construit en
recouvrant les constructions faites par leurs anciens et en bâtissant au-dessus
mais plus grand , ceci pendant 6 siècles, les archéologues sont à pied d'œuvre
depuis quelques années pour mettre à jour les différentes couches.











Autre site CHAN CHAN, construite vers
1 300, la plus grande ville préhispanique des Amériques, sûrement
magnifique du temps de sa splendeur mais qui a subi les inondations dues au
phénomène dévastateur EL NINO, on ne visite qu'une petite partie qui a été
restaurée, on peut cependant avec l'aide d'un guide et une visite au musée,
imaginer la vie qui se cachait derrière les hauts murs d'enceinte.



















Nous terminons notre séjour au Pérou par une
visite au musée TUMBAS REALES DE SIPAN à Lambayeque, des tombes découvertes en
1987 ont été restaurées notamment celle du Seigneur de SIPAN, composée d'un
cercueil de bois entouré d'objets en or, céramiques et pierres semi-précieuses,
son épouse, 2 fillettes, un garçon, un chef militaire, un porte-étendard et 2 gardes
ont été enterrés avec lui, ainsi que 2 chiens et un lama. Très impressionnant.
Les archéologues pensent que les gens importants emportés avec eux dans la mort
tous les habitants de leur maison. Nous gardons un souvenir plein d'émotions de
ce musée, les photos étant interdites nous n'avons pas d'images à vous proposer
mais je tenais à parler de ce musée pour d'éventuels futurs voyageurs.